Renouveau du stoïcisme à la Renaissance: les exemples de Juste Lipse et Guillaume du Vair

AU XVIe siècle, la morale stoïcienne constitue un abri contre les aléas de l’histoire, ce dont témoigne Juste Lipse qui, le premier, tente une reconstitution cohérente de la doctrine et s’efforce de concilier le stoïcisme avec la pensée chrétienne : sa philosophie doit permettre à ses contemporains d’affronter la période difficile des guerres de religion qui ravagent l’Europe.

Dans son De constantia, il reprend la notion stoïcienne de constance : c’est, selon lui, la vertu de celui qui compte d’abord sur ses propres forces et non sur celles d’autrui, le traité étant écrit pour son propre salut. On croirait entendre Sénèque qui, dans ses ouvrages, et, en particulier, dans ses Lettres à Lucilius, porte l’attention du lecteur sur ses seules potentialités intérieures. Mais Lipse acclimate la notion de constance au contexte politique de son époque : la constance prémunit le lecteur moins de la peur de la mort ou de la tyrannie, comme c’était le cas chez Sénèque, Épictète ou Marc-Aurèle, que de la tentation de la fuite. À travers la morale stoïcienne, l’humaniste flamand développe une nouvelle éthique profane conçue comme un complément à la moralité chrétienne et biblique.

La dimension éducative retient également toute l’attention des humanistes, aussi bien l’importance donnée depuis le stoïcien Panétius (IIe siècle av. J.-C.)  au progressant (celui qui tend vers la sagesse) au détriment de la figure du sage, que les « techniques » et stratégies pédagogiques adaptées à ce nouveau public. En contexte réformé le progressant apparaît comme la figure antique du fidèle, situé entre l’animal et l’enfant, d’une part, le sage et le martyr de l’autre.

Par ailleurs, Guillaume du Vair prétend redonner vie à des idées et à des pratiques tirées de la sagesse antique tout en inscrivant ce travail de traduction et de réécriture dans le cadre d’une foi dont les fondations ne sont pas remises en cause. Visant la purgation de l’âme dans une optique chrétienne, il emprunte aux Stoïciens la pratique de l’examen de conscience et lui donne une orientation proprement chrétienne :  l’examen de conscience reste une puissance de contrôle qui vérifie la conformité des actes avec la raison mais Dieu est introduit comme le destinataire ultime de cette pratique.

Enfin, l’ascèse morale ne peut être accomplie sans le concours actif de Dieu, l’homme étant trop faible pour y arriver seul. Guillaume du Vair reprend ainsi le souci qu’avaient les premiers auteurs chrétiens de relier le perfectionnement de l’homme à la grâce divine mais cette fois-ci avec une différence majeure : il s’agit non pas de polémiquer simplement contre la culture païenne mais de proposer une morale stoïcienne christianisée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *