Le renouveau du stoïcisme à la Renaissance: Agrippa d’Aubigné et Montaigne

Agrippa d’Aubigné (1552-1630)

La Réforme est également à la recherche d’une éthique appliquée, capable de cibler les inquiétudes quotidiennes d’un public laïc dévot avec des exemples concrets et parlants. C’est le cas d’Agrippa d’Aubigné (1552-1630) : l’auteur des Tragiques contracte une dette considérable à l’égard du Portique ; il connaît et médite Cicéron, Sénèque, le Manuel d’Épictète mais aussi Diogène Laërce.

Agrippa d’Aubigné s’inspire de l’impassibilité du sage stoïcien pour rendre hommage à l’inhumaine énergie du martyre ; ce qui le frappe dans la morale stoïcienne c’est l’exaltation de la liberté et du courage.

Alors qu’Henri III presse Bernard Palissy, réformé enfermé à la Bastille, d’abjurer sa foi, ce dernier oppose au prince asservi à la Ligue son inaliénable liberté : « Car je ne sais pas craindre puisque je sais mourir ». C’est la réplique d’un vers de l’Hercule furieux (« Quis mori scit, cogi nescit » « Qui sait mourir a désappris à servir) et qui rappelle une expression des lettres à Lucilius (« Qui mori didicit, seruire dedidicit » « Qui a appris à mourir a désappris à servir »). Les suicides pourtant d’un Caton ou d’un Socrate ne constituent pas des exempla car aucun d’eux ne fonde leur mort sur la foi révélée. Cependant, en des temps troublés, face à la déliquescence de l’Église catholique selon les Protestants, le stoïcisme offre quelques règles de conduite utiles, comme l’affirmation de notre liberté ou le repli dans notre âme, forteresse intérieure inexpugnable.

 

Montaigne (1533-1592)

Refusant de s’enfermer dans une école philosophique particulière, Montaigne est profondément marqué par la méthode critique des Sceptiques, contraire à toute forme de dogmatisme. C’est pourquoi il retient du stoïcisme moins l’enseignement dogmatique qu’une posture morale, celle du sage confronté à la douleur ou à la mort, celle de l’homme politique qui résiste aux coups de la fortune.

Ainsi dans le chapitre « Des coches » des Essais, Montaigne dresse le portrait de l’Aztèque Cuauhtémoc en s’inspirant du sage stoïcien : à un seigneur de sa suite torturé en même temps que lui il répond, alors qu’il est lui-même cuisiné à petit feu sur un grill : « Et moi, suis-je dans un bain ? Suis-je pas plus à mon aise que toi ? ».

On croirait entendre non seulement le sage d’Épictète, inébranlable devant ses tortionnaires, mais aussi Sénèque qui dans son bain d’agonie exhorte ses amis réunis à rester fermes. C’est ainsi que le représente Cornélius Galle dans une gravure placée au frontispice de l’édition des Opera omnia procurée par Lipse.

En revanche, Montaigne, à la différence d’Agrippa d’Aubigné, n’approuve pas l’intransigeance héroïque de certains martyrs, proscrivant dans son chapitre « De la modération » tout excès même dans la vertu : « Ne soyez pas plus sages qu’il ne faut mais soyez sobrement sages » dit-il, suivant les paroles de Saint-Paul.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *