Le stoïcisme aujourd’hui?

Le stoïcisme connaît aujourd’hui un regain de faveur en tant que manière de vivre et art du bonheur : l’exhortation chez Sénèque et Épictète à « s’occuper de soi », à rechercher un abri et la sécurité de l’âme en nos propres ressources, le déploiement de modes de discours et de techniques thérapeutiques qui nous libèreront des passions, la création d’un véritable vocabulaire de l’intériorité semblent entrer en résonance avec l’affirmation de l’épanouissement personnel qui marque, depuis les années soixante, notre époque et l’intérêt accru pour les spiritualités orientales : dans certaines librairies les Lettres à Lucilius ou le Manuel sont rangés à côté d’œuvres sur la méditation zen, sur le yoga ou la sagesse confucianiste.

Par exemple, Michel Foucault (1926-1984) s’intéresse pour les philosophies hellénistiques comme « pratique de soi » et Paul Veyne (1930) réédite dans les années quatre-vingt-dix les œuvres de Sénèque.

Dans ses trois dernières années de cours au Collège de France, M. Foucault s’intéresse davantage aux dimensions éthiques et politiques de la philosophie ancienne, qui lui servent à problématiser les rapports entre sujet, pouvoir et vérité. Là encore, on ne peut parler « d’influence stoïcienne » sans devoir apporter des nuances et des précisions.

D’une part, chez M. Foucault, le stoïcisme est habituellement associé à d’autres traditions philosophiques hellénistiques et romaines.

D’autre part, le penseur français s’intéresse plus aux stratégies de perfectionnement moral qu’aux thèses elles-mêmes, moins aux contenus ou présupposés doctrinaux qu’à la manière dont ils décrivent la pratique éthique : ce qu’il retient d’Épicure, de Sénèque, de Gallien ou de Marc-Aurèle ce sont l’institution de l’attention à soi comme exercice permanent et constant, l’utilisation de la connaissance de la nature dans la connaissance de soi, les diverses formes d’écriture de soi, comme le genre épistolaire, les exercices de mémorisation et d’appropriation des dogmes. Le stoïcisme tout comme l’épicurisme et certains textes médioplatoniciens (Ier-IVe siècles après J.-C.) constituent à ses yeux un âge d’or du « souci de soi », une parenthèse entre le moment platonicien et la période chrétienne, le détour nécessaire pour repenser le rapport à soi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *