Peut-on être stoïcien aujourd’hui?

De manière plus ou moins consciente, malgré nous, nous sommes profondément marqués par le stoïcisme. On retrouve les mêmes motifs, mais toujours revisités au contact avec d’autres cultures et religions, à travers des canaux et des filtres difficilement identifiables dans une société où l’information est si abondante, disparate et diverse : le modèle fascinant ou terrifiant du sage imperturbable face aux événements, la courageuse revendication de notre liberté contre l’emprise du pouvoir tyrannique ou la manipulation des médias, l’idée que nous sommes tous citoyens du monde, l’aspiration à une communauté d’amis en dépit des distances qui nous séparent, motif bien formulé par Marc-Aurèle et repris par Montaigne, sont réaffirmés dans les livres, les films, les discours politiques ou les spots publicitaires.

Lors de l’Université d’été d’Andorre de 2012, j’avais eu l’occasion de demander à Mme Mady Delvaux-Stehres, ministre de l’éducation du Luxembourg, ce qu’elle retirait de ses études de Lettres classiques. Sa première réaction fut l’étonnement, signe indiscutable de l’écart entre le monde actuel et le monde ancien ; mais, juste après, elle répondit de manière spontanée, sur une note plus personnelle, que c’était l’image du sage stoïcien – non le concept ni l’arrière plan théorique – qui l’avait aidé à affronter bon nombre de difficultés, preuve que le stoïcisme est enraciné dans notre imaginaire collectif.

Le stoïcisme, dont la systématicité faisait la fierté de ses adeptes, subsiste de manière paradoxale sous sa forme fragmentée (il reste des bouts, des morceaux du bel édifice) non comme doctrine totalisante : il peut offrir un répertoire d’idées, d’images, de postures, d’expressions percutantes – « rester stoïque », « ma forteresse intérieure » – qui détachées de leur système, revisitées, éclairées à la lueur des autres dogmes stoïciens ou d’autres horizons culturels peuvent revêtir une dimension universelle : « il y a des choses qui dépendent de toi et d’autres qui n’en dépendent pas ». Il fournit, surtout dans cette période de perte de repères et de nouvelles formes de communication, un point d’ancrage « inexpugnable », un refuge dans lequel l’individu exercera librement l’usage de sa raison.

En 1993, É. Balladur, nommé alors premier ministre, choisit de commencer son discours programmatique devant l’Assemblée nationale en citant une sentence de Marc-Aurèle : « il faut faire de tout obstacle matière à l’action ». Cette phrase, particulièrement vraie en ces temps de crise économique, ne peut-elle, par son universalisme, nous donner la force de nous battre avec lucidité, sans amertume ni faux espoirs, pour construire notre avenir ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *